Dans cet épisode je reçois Paul Morlet, le créateur de « Lunettes pour Tous »

Des lunettes à 10 euros, en 10 minutes avec ou sans ordonnance. Ça semble impossible, et pourtant Paul Morlet a créé ce concept en association avec l’iconique Xavier Niel.

Un peu bidouilleur, très bricoleur, Paul fait peu d’études, il obtient un BEP d’électronicien, un bac -2 comme il dit. Issu d’une famille modeste, Après avoir enchainé des petits boulots, SNCF, Carglass, il a un but dans la vie, trouver un boulot stable et gagner 1500 €

Il reste une semaine chez Carglass, mais s’ennuie. Alors qu’il voit des autocollants micros perforés à l’arrière des bus, autrement dit, on voit de l’intérieur mais pas de l’extérieur. Il a l’idée de créer des lunettes publicitaires. Lulu Frenchie est né. Bien qu’il ne soit pas intéressé par l’entreprenariat, c’est le passage obligé pour facturer et vendre ses produits.

Comment fabrique-t-il ses lunettes ? Il achète des feuilles A4 qu’il découpe à la main. Iles colle sur les verres de ses lunettes achetées sur Alibaba. Un petit coup de sèche cheveux pour la finition, et hop le produit est fini.

Il commence par un stock de 1000 paires, mais c’est un flop.

Il en vend très peu.

Sur Internet il trouve un logiciel qui permet de spammer des comptes Tweeter.

Il fabrique des lunettes à l’effigie de stars comme Lady Gaga, David Guetta, Eminem…

Il envoie une paire de lunettes à chacun des agents de ces stars.

Avec son fameux logiciel, il balance 10 000 tweets sur chaque compte de stars.

Forcément, ça se remarque. Un jour Lady Gaga fait réellement une photo avec une ses lunettes.

L’AFP le contact pour faire un reportage sur sa société, puis d’autres journaux, des télés… ses lunettes font le buzz, et les commandes commencent à tomber sur son site internet qu’il a créé tout seul.

Très rapidement, Ricard le contacte pour une commande de 80 000 paires, avec un chiffre d’affaire à la clé de 240 000 euros. Paul ne se démonte pas, et produit en temps et en heure cette commande.

Quelque temps plus tard, Paul passionné par Xavier Niel, lui écrit un email pour proposer de le rencontrer. A son grand étonnement Xavier Niel le rencontre, et après une longue discussion, ils décident ensemble de disrupter le marché de l’optique en créant des lunettes à bas couts. « Lunettes pour Tous » voit le jour

Bien que Xavier Niel injecte l’argent dont Paul a besoin pour créer Lunettes pour tous, il le laisse tout faire. Choix de l’emplacement, déco du magasin, sourcing des fournisseurs, achat des machines, mises en place des logiciels.

Paul boucle le projet en 6 mois. C’est un exploit ! Le concept se précise : des lunettes à 10 euros en 10 minutes avec ou sans ordonnance.

Dans l’épisode, Paul décrit parfaitement bien, le déroulé des opérations, et nous comprenons qu’entre le stock, et la contrainte de créer des lunettes en 10 minutes la tâche est très compliquée.

Le premier magasin, rue de Turbigo ouvrira un 22 mai, et Paul a un nouveau coup de chance. Le 21 mai, le magazine UFC Que Choisir sort un article à charge contre les opticiens dénonçant leur marge astronomique de 500%. C’est une aubaine pour Lunettes pour Tous qui surfe une nouvelle fois sur ce buzz. Les JT invite Paul sur tous les plateaux, et Capital propose à Paul de partir en Chine faire un reportage sur la fabrication des lunettes en Chine. Le reportage montre que les lunettes de Paul sont fabriquées dans les mêmes usines que celles des grandes marques, avec souvent la mention « Made in France »

Aujourd’hui Lunettes pour tous c’est 18 magasins, avec une ouverture d’un nouveau point de vente tous les mois, 400 personnes et 26 millions de chiffre d’affaires.

J’ai beaucoup apprécié cet épisode, Paul est quelqu’un de simple, visionnaire, intelligeant et bienveillant. Il ne retrouve pas dans les codes des startups, son but est de faire grandir son entreprise et être proche de ses salariés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench