Dans cet épisode, je reçois à distance Karine Schrenzel, la CEO de ShopInvest et des 3 Suisses

Après un parcours chez McKenzie et dans un fond d’investissement Cinven, Karine rêve de se lancer dans l’e-commerce, un type de commerce en pleine expansion qu’elle a observé et et admiré lorsqu’elle vivait aux Etats-Unis.

Nous sommes en 2006, quitte son job chez Cinven, pour fonder Mencorner, un site spécialisé sur la cosmétique pour hommes. Le marché sur ce secteur n’existe quasiment pas.

Avec ses fonds propres, elle finance la création du site Internet, pars à la recherche des produits, essaye d’enfoncer pas mal de portes de maisons prestigieuses pour distribuer ses produits.

C’est très compliqué pour être référencé, mais elle persévère !

Elle débute le site avec 8 marques. C’est parti ! Karine est partout, s’occupe de tout, des livraisons, du référencement, des livraisons, du code…  2 ans plus tard, le site dépassera les 2 millions d’euros de CA.

Karine Schrenzel, très ambitieuse et énergique, se dit qu’elle n’atteindra jamais les sommets avec ce seul site. Le marché de la cosmétique pour hommes, plafonne.

2011, elle créé ShopInvest, dans  le but de racheter des sites internet avec une stratégie de Build Up, afin de créer des stratégies industrielles.

Son mari Olivier Gensburger la rejoint dans cette nouvelle aventure.

A raison d’une ou deux acquisitions par an, ils rachèteront : LemonCurve, DeclikDeco, Bijourama, SoFactory, MenCorner, Comptoir de l’Homme, Fitancy, Womancorner, Lookeor, Mode-in-Motion, et donc les 3 Suisses.

L’idée géniale est la mutualisation. Tous les sites Internet du groupe ont la même structure, mais également les mêmes collaborateurs, le même savoir-faire, la même logistique…

Tous les sites ShopInvest sont auto financés et rentables.

En 2016, Karine et son mari Olivier sont approchés par une banque d’affaire pour reprendre l’iconique marque « Les 3 Suisses ».

Les 3 Suisses sont en déclin total, puisque la société passe de 1 milliard d’euros de CA en 2005, à 120 millions en 2018, 60 millions de pertes, et un trafic 10 fois inférieur à la Redoute.

L’affaire ne se conclura pas en 2016, mais deux ans plus tard en 2018.

Avec les 3 Suisses on quitte la stratégie de Build Up, pour une stratégie de reboot de marque. Il faut redynamiser la marque, rendre aux français le « Chouchou » de leur enfance.

On rajoute de l’humain, pas de Chatbots, Karine et ses équipes souhaitent développer un contact privilégié à travers le service client et renforcer la proximité. « Il faut être plus agiles et moderniser les 3 Suisses, avec des cycles de vie produits, plus courts ». 

Le catalogue les 3 Suisses ressort !


Et le catalogue ? Il ressort, en version allégée. Les 3 Suisses relocalisent leur production en Europe, là où 90% de leurs produits étaient fabriqués en Chine. Désormais 90% de leurs produits distribués seront fabriqués en Europe.

Lors de notre conversation, nous élargissons sur le commerce en général, et sa vision des marketplaces. 100% des sites Internet de ShopInvest distribuent des produits directement ou en drop shipping. Karine ne croit pas aux marketplaces. Il ne faut pas aller sur le terrain d’Amazon, car faire mieux est impossible. La stratégie de ShopInvest est l’alternative, faire différent.

Enfin, Karine nous parle de Rue du Commerce, ShopInvest s’est positionné pour les racheter. L’affaire n’est pas encore conclue, mais ça semble imminent.

Dans une dernière partie de notre entretien, Karine répond à des questions plus personnelles, comme son organisation, les étapes qui ont marqué sa carrière…

Nous avons réalisé cet entretien à distance car nous sommes sur la fin du confinement.

J’ai vraiment apprécié cet épisode, car indépendamment de l’intelligence et de la clairvoyance dont Karine Schrenzel fait preuve tout au long de notre conversation, elle a une super pêche, et une bonne humeur naturelle.

Bonne écoute 😉 

PS : Enfin, si vous avez apprécié cet épisode, merci de le dire avec des étoiles (5/5) pour ceux qui sont sur Mac / iPhone / iPad (Apple Podcast) : https://apple.co/2z9eOYB

Ce podcast est sponsorisé par l’imprimerie en ligne Papeo

Pour aller plus loin sur l’e-commerce, nous vous conseillons :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench