Pour ce nouvel épisode, j’ai eu la chance d’accueillir, un journaliste de renom : Franz-Olivier Giesbert.
Franz-Olivier Giesbert, FOG de son acronyme, est un journaliste, éditorialiste, biographe, présentateur de télévision et écrivain (il est l’auteur de 17 romans et 12 essais).

Une passion pour l’écriture précoce

Dans cette interview, Franz-Olivier Giesbert commence par évoquer son enfance. Né à Willmington (Etat du Delaware, Etats-Unis), FOG s’installe dans une ferme avec sa famille en Normandie alors qu’il n’a que 3 ans. Il voue une passion pour les animaux. Il deviendra défenseur de la cause animale et publiera un essai intitulé « L’animal est une personne » en 2016.

Féru de littérature et d’écriture, il rêve de devenir écrivain dès l’âge de dix ans. Il commence à écrire des nouvelles. Après avoir suivi sa scolarité au Lycée d’Elbeuf, il publie à l’âge de 18 ans son premier article dédié à l’élection présidentielle américaine. Toujours autant passionné par l’écriture, FOG envoie son premier ouvrage à Gallimard, qui le refuse. Puis à 19 ans, il collabore aux pages littéraires du quotidien « Paris Normandie » où il est l’auteur de plusieurs entretiens avec Louis Aragon, Henry de Montherlant, Jules Romains…etc.

En route vers le journalisme

Ensuite, FOG nous précise que l’apprentissage de son métier a été rapide (30 secondes !). Lors d’un entretien, Yvon Hecht, rédacteur du quotidien, lui donne un précieux conseil pour écrire : « Un article, c’est une seule idée, puis on déroule. On soigne le début pour accrocher le lecteur. Puis la fin pour les lecteurs qui vont lire le début de l’article et immédiatement la fin. »

L’année 1972 a été marquée par ses débuts au Nouvel Observateur. Il est recruté en tant que pigiste au service politique. Il va interviewer de nombreux hommes politiques : François Mitterrand, Michel Rocard…
Franz-Olivier Giesbert est nommé Rédacteur en Chef du magazine politique en 1985 puis en septembre 1988, il quitte le « Nouvel Observateur » pour intégrer « Le Figaro », quotidien emblématique. Après 12 ans de bons et loyaux services, il est nommé Directeur de l’hebdomadaire « Le Point ». Actuellement, FOG est directeur éditorial du journal marseillais La Provence. Il est appuyé par le PDG, Jean-Christophe Serfati (que vous pouvez retrouver sur le podcast n° 8).

En seconde partie, François-Olivier Giesbert revient sur ses rencontres et ses relations notamment avec François Mitterrand et Jacques Chirac.
FOG continue par évoquer son métier d’écrivain. Fidèle à son rêve de jeunesse, Franz-Olivier a publié de nombreux ouvrages, des romans et des essais politiques. Il voue une passion pour le roman. Il poursuit en nous expliquant comment s’effectue la création d’un roman. Tout commence par le personnage principal, une vision puis l’atmosphère, les autres personnages et l’histoire se greffent tout autour.

Le Schmock

Lorsqu’il commence à écrire, FOG ne connaît pas la fin de l’histoire. C’est le cas de son roman intitulé « Le Schmock » paru en 2019 chez Gallimard. Dans ce roman Franz-Olivier Giesbert retrace de l’ascension d’Hitler et, notamment, du nazisme au travers de l’amitié de deux familles. En évoquant cet ouvrage, il se pose 2 questions :

  • Pourquoi est-ce que l’immense majorité des allemands de l’époque ont pu adhérer à l’idéologie immonde qu’a été le nazisme ?
  • Pourquoi les juifs n’ont pas fui en masse l’Allemagne ?

Conclusion

Avant de terminer cette interview, Franz-Olivier évoque sa façon d’écrire. Il n’a pas l’angoisse de la feuille blanche. Il n’a pas non plus de lieu spécifique pour l’écriture, il écrit même dans le métro. Comme dans les précédents podcasts, je conclus ma rencontre avec FOG par des questions plus personnelles : sa vie, les personnalités, ses passions, ses lectures actuelles, ses mentors…etc.

A tous, je vous souhaite une bonne écoute !

Livres cités : 

Un grand merci à Jean-Christophe Serfati PDG de la Provence qui a nous a présenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench