« La Belle Vie », cette jolie chanson de Sacha Distel, Paul a mis vraiment beaucoup de temps pour y arriver et ce n’est pas fini.

Quand on m’a proposé de rencontrer Paul, je ne savais pas où j’allais. Je ne connaissais pas Paul, ni la Belle Vie… Puis en écoutant deux ou trois interviews, je me suis dit « Il est intéressant, ce gars ».

Mais j’étais à cent lieues d’imaginer l’épisode que nous allions faire. Nous avons eu une conversation simple et authentique, où Paul nous raconte ses joies, ses difficultés, ses doutes. Une véritable tranche de vie qu’il décrit formidablement bien

Je vous en dis quelques passages :
Après ses études, et quelques jobs notamment dans le restaurant de ses parents, ou à la Mairie d’Evry avec Manuel Valls, Paul est parti aux USA à l’université UCLA. Il a découvert la Californie, les États-Unis et en est tombé amoureux.
Son rêve était d’y rester et a failli se réaliser en bossant chez Shopzilla. Ça ne s’est pas fait.

Déçu, Paul rentre en France, cherche du boulot. Il va trouver assez rapidement, occupe différents jobs, notamment dans le sud de la France, chez Icare, puis chez Rentabiliweb avec l’iconique et énigmatique patron : Jean-Baptiste Descroix-Vernier

En 2012, il quitte Rentabiliweb, pour se lancer dans les Apps. Avec ses associés ils vont créer une app comme Hungry now, qui permet de cartographier des fast-foods bien mieux que Google Map. Ça cartonne, mais ça ne paye pas !

Ils dupliqueront le modèle avec d’autres verticales comme Cash Now (Localisation de distributeurs de billets), ou Gazole Now (localisation de stations-service)

Paul s’en lasse assez vite, en en 2015 avec Alban Wienkoop ils lancent une société de livraison de petits déjeuner et apéro en heure à Paris : Miamtag
L’affaire prend bien, et rapidement ils voient l’intérêt d’étoffer la gamme et de proposer des produits, des recettes. Le but de la Belle Vie est de « ramener les gens en cuisine. »
Vous souhaitez un plat particulier, la Belle Vie vous livre tous les ingrédients associés, en 1 heure. Ça cartonne. C’est incroyable.

Comme vous allez pouvoir l’écouter, son parcours a été loin d’être un long fleuve tranquille, mais à force de travail, persévérance, la Belle Vie emploie aujourd’hui 550 salariés, avec plus de 80 millions de CA, et arrive bientôt dans votre ville.

Après 75 épisodes, j’ai vu, rencontré, écouté toutes sortes d’invités, mais Paul ne m’a pas laissé indifférent.
Un épisode à ne rater sous aucun prétexte !

Bonne écoute !

Nous citons les épisodes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench